J'ai trouve un ketch de 16 metres en pleine mer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

J'ai trouve un ketch de 16 metres en pleine mer

Message par coyote le Jeu 22 Déc - 17:50

Ce n’est pas un roman, mais surement une belle histoire



Nous sommes partis de Gibraltar avec mer belle et bon vent car nous sommes encore a l’abri de la cote mais l’on sait que sur le Gascogne la tempête a laissée des traces et traine en s’apaisant doucement.
Nous sommes partis de Croatie avec toutes les péripéties et les angoisses, mais maintenant nous descendons vers le sud, le soleil et les alizées alors a nous le bon temps et les bonnes choses qui vont avec.
Pour la première foi nous avons un équipier a bord que l’on a embarqué à Almérimar en Espagne. Ont n’aurait jamais du  déroger a notre habitude car 4 jours plus tard il n’avait toujours pas touché a une casserole. Il faudra attendre le cinquième jour pour qu’il réussisse a ouvrir une boite de conserve et nous faire a manger
Passé le détroit la mer et le vent forcissent, on réduit la voilure pour la nuit et le confort. Coyote file ses 6 a 7 nœuds dans un grand largue  sur des creux de peu être 3 mètres .Le lendemain se seront les mêmes conditions mais le soleil  est bien venu car la température est des plus frette.
Plus les milles s’allongent plus les conditions météo s’améliorent, seule la mer reste grosse à cause de la mer du vent sur les trains de houle. Il n’y a pas grand-chose à faire sur le Coyote, nous sommes toujours grand largue, le vent est tombé et le génois fini lui aussi par nous lâché a 80 milles de la grande Canaries, je prends la décision de rouler le génois et de finir  avec grand voile et moteur de plus nous sommes en après midi  donc se sera une nuit de calme.
Quand je navigue si il y a une chose que j’aime c’est de scruter la mer j’aime ça je monte sur le banc arrière, appui les deux coudes sur le bimini et je profite de tout. Il y a toujours quelque chose a voir, la mer, les vagues, le ciel, les nuages, poisons, baleine, oiseaux, bateaux. Justement en voila un
Il est encore très loin, peu être  une dizaine de milles ou plus a peu prés a 10 heure de notre route. Vu la grosseur c’est un voilier .Super, j’aime aussi la nuit naviguer de concert, cela permet de garder une meilleurs attention pendant les quarts, de plus c’est l’idéale il est suffisamment loin de nous.
Une heure de passée et nous nous sommes rapprochés du voilier, maintenant je le distingue mieux, je vois que c’est un ketch et la je trouve drôle de voir un ketch par le travers, sa  direction est incohérente, en face il ni a rien au pire il se dirigerait vers Madère, ça me chiffonne ce bateau. Je le surveille a la jumelle  nos routes sembles se croisées sauf que la sienne n’a pas l’air de bougé. 
J’ai de très bonnes jumelles (Pub .tasco 8/50 garantie a vie ) je constate qu’il n’a pas ses voiles, la grand voile  sur sa bôme est plus saucissonnée que ferlée, pas de génois sur l’enrouleur, pas de mouvement de personnes, peu être qu’ils sont a l’intérieur, au moteur et sous pilote automatique .Pourtant  cette direction est trop incohérente pour moi car maintenant c’est sur on ne traverse pas l’atlantique dans cette direction
Je décide de me dérouter, pour voir de plus prés de quoi il en retourne, un petit détour de 3 ou 4 milles ce n’est pas la galère vu que nous sommes au moteur. Maintenant le ketch est sur notre bâbord. Il bouchonne et roule assez violemment bord sur bord. Plus de doute il est à l’arrêt et en difficulté.
Nous avons ramassés la grand voile et nous nous approchons au moteur. Appel sur le 16 a la VHF, rien. Maintenant nous sommes a moins de50 mètres et nous appelons de vive voie et actionnons la corne de brume .Toujours rien, le bateau est abandonné, pourtant tout semble en bon état c’est très inquiétant, y a-t-il quelqu’un a bord, malade, blessé, ou mort.
Nous faisons un premier tour d’observation quand tout a coup flottant entre deux eaux un cordage est a la traine, trop tard pour manœuvrer. Vite au point mort, un coup de marche arrière pour arrêter l’hélice et le Coyote continue sur son erre et passe le cordage .Je pousse un grand ouf, me trouvé ficelé a une dizaine de mètres de se bateau ivre aurait été pas mal préoccupant et dangereux.
Il faut pourtant monté a bord, un abordage, impossible le ketch parait  très lourd et doit faire entre 15 et 16 mètres. La mer est calme seul la houle de presque trois mètres donne une impression du danger.
Je décide de monter a bord en me jetant a la mer bien que Danièle et l’équipier soit contre. Nous faisons plusieurs fois le tour du bateau pour bien calculer les risques. Je donne  toutes les consignes a prendre et celles  au cas où cela tournerait mal pour moi.
J’ai mi ma petite combinaison de plongée, je ne veux pas être gêné par un gilet, mes palmes, masque et tuba. Ce n’ai pas la première foi que je saute en pleine mer pour un problème grave, filets de pèche de nuit, de jour pris dans le safran, boutes dans l’hélice, moitié de safran arraché par une baleine au milieu du pacifique.
Sauf que la il ni a pas d’échelle de bain ni de jupe pour monter a bord, c’est un bateau un peu ancien et il y a seulement une échelle qui est repliée et nouée sur le tableau arrière. Il me faudra me hisser hors de l’eau à la force de mes palmes, crocheter le premier barreau et défaire l’échelon replié.
Deuxième inconvénient ma main gauche et très paresseuse, elle ne veut plus se relever ni s’ouvrir. Seuls les muscles pour serrer fonctionnent. Donc pourvu que le nœud de l’échelon ne soit pas trop serré.
Je mets l’équiper a la barre avec interdiction de s’approcher  a moins de 50 mètres du ketch, et de faire demi tour sous le vent du ketch. Danièle a la responsabilité de  tout commandé, surveillé, bateaux, équipier et son homme.
Voila je ne peux plus revenir en arrière, j’ai sauté a l’eau .Le plus drôle de cet instant  qui me passe par la tête  c’est pourvu que je ne trouve pas un cadavre a bord.
Les 50 mètres sont vite fait. Un coup d’œil en arrivant me fait voir le safran et l’hélice en bon état. Attraper l’échelle n’ai pas compliqué et presque facile, quand le tableau s’enfonce j’attrape l’échelle et sans trop de difficultés , m’y accroche, dénoue le boute et abaisse l’échelon. Le ketch monte et descend et je suis obligé d’enlever mes palmes pour monter à bord.
Ca y est je suis sur le pont, je n’ai pas envi de rentrer tout de suite et je crie dans la descente si il y a quelqu’un a bord  .Rien pas de réponse et ma frousse du cadavre me reprend .Je jette un regard autour de moi, c’est pas mal le bordel. Une touline traine sur le pont  et c’est son cordage qui traine dans l’eau que j’ai failli accrochée. Il y a eu un sauvetage et donc plus de cadavre prêt a me tomber dans les bras en ouvrant un placard.
Je descend dans le carré ou tout est sans dessus dessous ,je  sens que la panique a régnée a bord .Les  tiroirs  sont vidés ,un tas d’objets s’entremêles  pêle-mêle ,vêtements ,outils ,boite de détresse éparpillée ,coussins ,voiles. Les cabines dans le même état .La cabine arrière tribord est pire, les occupant ont voulu avoir accès au drosses du safran, qu’ils  ont coupé, le pilote automatique est a fond de cale la soudure du pied a lâchée.
Petite anecdote qui m’a fais sourire ,car dans la  panique  on avait pris quand même avant de se sauvé ,le soin de vidé le petit coffre fort ,comme quoi l’argent donne  des réflexes un peu drôle dans la situation ou ils se trouvaient .
Il ni a pas de lumières, les batteries sont a plat. La clé du moteur est sur le contact, un essai, rien, la aussi la batterie est à plat. Par contre un méchant bruit de flotte qui va et qui vient dans la cale moteur au gré des embardées  me rassure pas du tout. A par le bordel tout parait en bon état a bord .La barre de secoure  est a poste et ne fonctionne que très peu donc voila la raison  de l’abandon du bateau. Un problème de barre
Et je décide de remorquer le bateau … Il nous reste a peine une heure avant que la nuit tombe. Nous sommes à 52 milles de Las Palmas aux Canaries
Bon vents et mer belle a tous…… La suite entre Noël et 1er de l’an



Bonnes fêtes et bon Noël a toutes et a tous



 
 
  
avatar
coyote

Messages : 87
Date d'inscription : 11/07/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: J'ai trouve un ketch de 16 metres en pleine mer

Message par coyote le Ven 30 Déc - 10:52

Bonjour a tous .

Suite de cette belle aventure
avatar
coyote

Messages : 87
Date d'inscription : 11/07/2013

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum