Quand le capitaine boit ,les équipiers trinquent ... et le bateau a bien failli lui aussi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Quand le capitaine boit ,les équipiers trinquent ... et le bateau a bien failli lui aussi

Message par coyote le Ven 22 Avr - 19:58

Quand le capitaine boit les équipiers trinquent et le Bateau a bien  failli lui aussi trinquer
L’histoire, pour faire court début ainsi : septembre 2008 Je dois convoyer un catamaran de Tahiti a Nouméa car le proprio n’a pas le temps .Belle randonné que j’ai déjà faite avec mon premier Coyote.
 Retrouvaille a Raiatea pour le départ car c’est un cata de charter qu’il a acheté. Première surprise le proprio est la avec sa petite famille et il a décidé de le convoyer. Ce n’est pas agréable de ne pas avoir été averti mais pas bien grave.  J’ai juste a  me rétrograder en équipier de 1er classe, moins bien payé certes mais c’est quand même une belle traversée a faire . Car j’ai casqué  un billet d’avion  Montréal  Tahiti .
Il veut partir vite, il a emmené son gendre qui n’a jamais mit  les pieds sur un bateau et une amie qui a été hôtesse sur un bateau de charter.
Je lui fait remarquer qu’a bord il ni a rien ,tout juste un tournevis et deux manilles .Un bateau de charter ce n’ai pas équipé pour une longue traversée .De plus un bateau vendu par un charter c’est presque un bateau nu .Deux coques ,deux voile ,le minimum de matériel de sécurité pour naviguer dans les lagons et un gros maximum de dix  milles entre deux iles .
Je le décide enfin a prendre quelques bricoles pour se dépanner et acheter un petit groupe électrogène, car les deux batteries de services sont pas de premières jeunesse.
Il est venu avec un ordi neuf équipé de MaxSea .Il  s’est l’ouvrir et faire zoom avant et arrière  .Hou-là j’ai des doutes .On jette toute sa petite famille sur le quai ,et l’on part .
Heu capitaine on fait un petit galop d’essai, histoire de se faire la main et au minimum savoir comment ça fonctionne un catamaran vu l’expérience des deux équipiers
 Non non ce n’est pas nécessaire et c’est  parti .Woua c’est quoi ça.
 On hisse les voiles et  vogue la galère .Sur la table a carte il y a un abaque avec les différentes voilures pour chaque force de vent .Première chose qu’il me dit «Ha ben ça c’est fait pour les cons qui louent le bateau »,et pis capitaine les hélices qui tournent elles vont tournées longtemps , «pas de problèmes c’est étudié pour et ça ralenti le Bateau si on les bloque ». Ça y est j’ai compris le capitaine veut taper un score .Le petit quinze  nœuds de vent a l’abri de l’ile  c’est vite transformé en vingt cinq  et sa cogne dure, les quarts, pas encore amariné, la fatigue se fait sentir. A peine deux jours plus tard on décide de faire une petite halte a Aitutaki qui est juste devant nous .
 Petite ballade a terre retour au bateau .Je remarque deux bateaux New Zélandais  qui doublent et triple leurs mouillages. Bonjour y aurait il un problème, ben oui petits français la météo annonce un coup de vent de 40 et plus.
 Hé capitaine on attend que ça passe vu que nous sommes bien a l’abri dans le lagon , pas de réponse . Pas même une petite conversation avec les voisins pour prendre la météo ..On part .
Douze  heures plus tard c’est le baston ,35 nœuds de vent  15 nœuds au speedo ,toutes les voiles ,les hélices font un bruit d’enfer elles ont jamais du tournées aussi vite de leur vie.
 Là je lui suggère de réduire  et le foc et la grand voile .La bosse du premier ris est bouffée jusqu’à l’os ,donc on met la deuxième .Va au pieds du mat avec le gendre ,juste le temps de se jeter dans le filet car le capitaine vient de déventer le génois et les écoutes nous sifflent a ras les oreilles .Je lui hurle de ramasser le génois et de déventer la grand voile car c’est raide comme de la taule .Ouf pas pire, la mer est démontée ,tout le monde trempé, car plusieurs vagues sont montées a bord. Bon on va se reposer a la petite ile de Niue qui se trouve sur notre route, ouf un peu de calme .
Par contre les deux ou trois whiskys  midi et soir eux ne se calment pas et sont bien tassés dans leurs  verres a eau. Je sens que ça va mal tourner et prend les ivrognes en photos pour me rassurer en cas ou cela pourrait mal se passer .
Le lendemain six heures tout le monde dort , les moteurs tournent, le capitaine a largué le corps mort seul  et vogue la galère. Toujours sans un mot sans un ordre ,sans la moindre  explication . Je lâche un gros mot  ,suivi d’un deuxième  du même genre  et vais lui dire ma façon de pensée et le rétrograde en pensée au rang de chef. Ce n’est pas possible qu’un capitaine agit de cette façon. Un vrai bœuf se type. Y parle pas, y donne pas d’ordre, y fini toujours par se ranger  aux suggestions que je lui donne .Ça devient très très inquiétant pour moi.
Forcément  a l’abri de l’ile peu de vent et le chef nous fait mettre  toutes les voiles .A peine dix miles et c’est de nouveau le baston .Re prise de ris ,re vol plané dans les filets , et premiers gros mots verbales ceux là a l’adresse du chef .Le vent n’ai pas favorable et nous pousse vers les Tonga au nord .
Le chef veut mettre une retenue de bôme .Debout sur le premier barreau appuyé sur le balcon, penché au dessus de l’eau, à bout de bras et  bien entendu il n’a pas de gilet et encore moins de harnais vu qu’il n’y en a pas un seul a bord pour faire sa manœuvre acrobatique. On se regarde avec le gendre en pensant la même chose .Il est a deux doigts de passer par-dessus bord .Le vent c’est calmé mais la mer reste encore forte
 Il essaie de passer une drisse dans le pontet de la bôme, la drisse lui échappe et tombe a l’eau. Elle se prend dans l’hélice qui tourne, le tout est bien bloqué sur l’arbre d’hélice
 Le chef dit que ce n’ai pas grave .L’équipier mentalement lui répond mon cul . Je ne vais pas rentrer dans les Tonga, la nuit et sur un seul moteur avec des cartes complètement fausses. Je le sais j’y suis passé .Je prend mes palmes, masque et tuba et coupe et dé-saucissonne le tout.
 Ha les Tonga une journée de repos, le chef envoi l’hôtesse faire provision de deux nouvelles bouteilles de whisky, on refait le plein d’eau et hé …  chef le diesel on en fait pas ?.Pas de réponse, pourtant toutes les 4 heures on fait tourner les moteurs, les batteries étant toujours a plat , car la gégène qui ne sert a rien vu qu’il n’a pas pensé a acheter un câble pour la connecter aux batteries . Elle est attachée sur la jupe arrière et baigne maintenant dans  une belle mare de rouille, qui s’auréole sur la jupe .
 Adieu Tonga, la mer est belle et le vent est  beau. Tout baigne .Le chef distribue les quart et nous montre sur Max Sea le phare de l’ile de Vatoa ou l’on doit passer bien au sud et le laissé sur notre tribord. Ha ça y est le chef redevient un capitaine et nous fait participer a la croisière .Comme quoi une bonne explication donne des résultats .
Je suis le deuxième quart celui de onze heures .Son gendre faisant le premier.
Depuis longtemps je ne dors plus dans ma couchette. Je dors mal mais je dors dans le carré ca va plus vite pour réagir .Dix  heures je me réveille, instinct ou pas je sens que ça vas pas .Sont topo pour le passage entre les iles ne m’ayant pas très convaincu du bon choix de cette route .En effet il n’a  fait  aucune allusion ni  a la prise en compte du courant ni a de la dérive . Déjà depuis notre départ vents et courant nous dévient toujours un peu plus vers le nord ouest   .
  L’homme de quart ronfle sur la banquette, les deux whisky  ayant fais leurs effets. Je  regarde les instruments, le bateau file ses   sept nœuds et plus, la mer et belle et une belle houle de deux a trois  mètres nous pousse gentiment.  Tout parait aller pour le mieux.
 Le phare est bien là à 90 degrés,  sur notre tribord  mais je le trouve un peu trop brillant a mon gout, vite j’ouvre Max Sea
 Catastrophe on va droit dans le récif de Vuata Vatoa
Je réveil l’homme de quart et lui dit de réveiller le chef car il faut manœuvrer et vite .Le chef se lève va voir les instruments dehors et retourne dans sa cabine .J’attends cinq minutes car étant en caleçon il est parti s’habiller pour la manœuvre .Non rien, je vais voir le gendre et alors ? ben rien, tout est bien le phare est au bon endroit, on garde le cap .Je hurle d’aller le sortir du lit et de venir voir la position sur Max Sea .Il ne viendra pas voir.
Il continu a se fier sur la carte du GPS, carte qui est fausse et de plus nous somme sortis des limites de la carte qui couvre la Polynésie et donc nous naviguons sur une carte sans détail avec des iles qui ont des  formes géométriques.
  Enfin la manœuvre est faite plutôt  mal gré que bon gré .Il retourne se coucher en me disant qu’il n’y avait rien eu d’inquiétant. Je suis en rogne mais  je reste calme. Je fais les calculs en me basant sur le livre des feux pour positionner le phare et la barrière  et trouve un décalage de 1 mile et demi. Il nous restait trois tout petits milles  soit a peine un  petit quart d’heure de nave.
 Au matin pas un mot sur l’incident ,même pas voulu voir la trace sur MaxSea ,je le rétrograde mentalement au rang de petit chef
Bon la mer est belle et le vent est beau .Ha même trop beau…… il ni en a plus .Le chef mes les moteurs. Hé monsieur l’inconscient  ,que je me dis en pensées . As tu pensé  a regarder les jauges ? non ,c’est drôle elles ne bougent pas  depuis que l’on est parti .
Je démonte une jauge ,trempe le manche a ballet dedans ,calcul ,hauteur par largeur par longueur égale…. 25 litres .Fini les moteurs. Coupés dans la second du résultat .Pour une foi il a réagi tout seul et très très vite.
 On bouchonne on ballotte ,on mange ils boivent ils fument  ,la belle vie quoi . Deux jours plus tard. Revoilà le vent ,vite toute la toile .
Heu  chef  ,la devant le drôle de truc tout ourlé de noir tout filandreux  au ras des flots sous un ciel bleu ça doit pas être très bon .Il vaudrait mieux attendre pour voir ce qui nous arrive sur la tête et surtout a la vitesse que ça nous arrive dessus .
Ça va çà va le rabat joie çà fait deux jour qu’on attend le vent alors on met toute la toile . Dix  nœuds super et pas cinq  minutes plus tard on rentre sous le drôle de nuage  et vlan 30 nœuds en 10 seconds .Le speedo passe d'un simple six aux dix huit nœuds en vingt secondes   
Tellement surpris  qu’il reste crispé sur la barre, hagard sans voie et surtout sans ordre. Moi j’ai la main sur le taquet d’écoute de bôme prêt à larguer si la coque se soulève. Car le vent c’est pris la fantaisie de nous prendre plein travers
 La nature fera les choses pour moi, un gros bang, puis un gros boum, dans la même seconde c’est  la bôme qui vient de finir sa course dans le hauban tribord .Le pontet de bôme a lâché arrachant deux poulies dans la foulée
.Je donne les ordres, vu que l’autre idiot ne réagit toujours pas .Je fais ramasser le génois, fais mettre les moteurs en marches, saute au pied de mat et affale la grand voile .
Ouf on s’en tire bien et quand on trouve un peu de stabilité avec l’aide des moteurs, on bidouille un truc sur le deuxième pontet  de la bôme et pas possible….On  remet toute  la gomme.
 Ça n’a pas tenu une heure. On a eu droit a la même  punition, du coup fini la grand voile, plus de pontet, plus de poulies. Il reste le génois et …..Quelques centaines de miles qui se feront sous génois seul, avec une mer belle et des alizées redevenues stables et agréables.
 La remontée dans le lagon sur Nouméa se fera au moteur, les inverseurs faisant un  bruit pas possible .Enfin Pas pire on est tous vivant et en bonne santé. Je me fais payer en espèces après avoir refusé son chèque, tu pense, vu l’ambiance entre nous, à peine débarqué du bateau il aurait déclaré a sa banque son chèque perdu .Il aura été nul jusqu’au bout.
Raymond sur Coyote  

coyote

Messages : 82
Date d'inscription : 11/07/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand le capitaine boit ,les équipiers trinquent ... et le bateau a bien failli lui aussi

Message par fred1diver le Sam 23 Avr - 19:31

wow toute une expérience

fred1diver

Messages : 29
Date d'inscription : 05/11/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand le capitaine boit ,les équipiers trinquent ... et le bateau a bien failli lui aussi

Message par Cap't Don Mario le Mar 26 Avr - 7:54

Encore une fois Raymond une saprement de belle histoire qui fini bien mais qui aurais pu tourner au tragique
en passant t'as étépayé combien pour risquer ta vie....?

Cap't Don Mario

Messages : 171
Date d'inscription : 07/08/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand le capitaine boit ,les équipiers trinquent ... et le bateau a bien failli lui aussi

Message par coyote le Mar 26 Avr - 16:25

Bonjour a tous ,bonjour Cap,T Don Mario

Oui cela aurait pu très mal finir . Car le récif de Vuata Vatoa est a fleur d'eau ,il n'y a aucune terre et encore moins le moindre cocotier .

Ci joint quelles photos de cette belle chevauchée .

Bonne journée a tous sous ce beau soleil de printemps

coyote

Messages : 82
Date d'inscription : 11/07/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand le capitaine boit ,les équipiers trinquent ... et le bateau a bien failli lui aussi

Message par coyote le Mar 26 Avr - 16:29





coyote

Messages : 82
Date d'inscription : 11/07/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand le capitaine boit ,les équipiers trinquent ... et le bateau a bien failli lui aussi

Message par Juju le Mer 27 Avr - 7:18

@ Raymond

Vous devriez participer au concours de photos du mois d'avril. Il reste moins de quatre (4) jours.

Juju

Messages : 419
Date d'inscription : 25/02/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand le capitaine boit ,les équipiers trinquent ... et le bateau a bien failli lui aussi

Message par Guy du Farniente le Mer 27 Avr - 9:46

Wow, quel plaisir, ce récit qui est tellement instructif et ces magnifique photos.

Guy du Farniente

Messages : 2037
Date d'inscription : 05/04/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand le capitaine boit ,les équipiers trinquent ... et le bateau a bien failli lui aussi

Message par coyote le Mer 27 Avr - 14:53

Bonjour  Julien ..Voila j'ai mi deux photos dans le concours .

coyote

Messages : 82
Date d'inscription : 11/07/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand le capitaine boit ,les équipiers trinquent ... et le bateau a bien failli lui aussi

Message par Juju le Mer 27 Avr - 15:16

Merci Raymond ! Smile

Juju

Messages : 419
Date d'inscription : 25/02/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand le capitaine boit ,les équipiers trinquent ... et le bateau a bien failli lui aussi

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 19:25


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum