Une rencontre pas tres ordinaire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Une rencontre pas tres ordinaire

Message par coyote le Dim 19 Juil - 16:25

Une collision pas ordinaire .
Comme d’habitude  nous sommes Danièle et moi  au Venezuela  pour  la saison des cyclones .A la marina Amérigo  Vespuccio  amarrer au seul quai celui que l’on nomme le quai des Français .Cette renommée ne proviens pas  de célèbres navigateurs mais de leurs mauvaises manières a se croire tout permis et surtout celle de se croire partout ou ils passe.. ils sont chez eux . Le quai ressemble selon sa fortune a un entrepôt ,un atelier de bricolage , ou un  stand de brocante . L’ambiance y est très bonne ,les apéros souvent biquotidien et fort prolongés le soir  
Par exemple  un jour  en milieux de matinée, Roger se ballade pratiquement nu avec un regard de zombi .On apprendra un peu plus tard qu’il a passé la nuit avec  une de ces jolies Chicas qui l’a drogué  et est parti au petit jour avec son argent et autres babioles . Il y a quelques jours c’était  le pugila entre deux potes pour une histoire d’amarre ,résultat un a zéro pour  un œil au beurre noir , et pour ainsi dire tous les jours  Café Café qui houspille sa supère  machine a coudre ,la seul au monde capable de coudre de la tôle et quand celle-ci est vraiment fâchée et bien c’est après sa compagne que lui se fâche .Le tout est  chapeauté par un amiral a plumes ,un perroquet bavard comme une pie entre deux sifflements de marseillaise a faire pleurer de jalousie Roger Whittaker .Très jolie bestiole mais alors une plaie a bord d’un bateau  car il passe son temps a tout décortiquer  et découdre .
Alors pour nous faire un peu de changement d’ambiance  Danièle et moi on décide de partir a la petite ile de Tortugua  ou l’on pourra nager ,pécher la langouste ,discuter avec les pécheurs et retrouver d’autres Français  mais sans les aléas  du  quai  .
Nous partons le soir pour arriver en matinée .La nuit se passe toute en veille car les cargos sont nombreux ainsi que les pécheurs et les filets .Pour les cargos pas de problème , l’AIS n’existe pas encore et le  Coyote( 1er ) n’a pas de radar ,ont les surveille a la jumelle et tout se passe bien . Les pécheurs  on fait tout pour les fuir si possible . Les filets c’est autre chose . Le premier ,comme les autre d’ailleurs se passe toujours la nuit et c’est une situation vraiment pas rassurante  . Le filet est pris dans le safran ,le Coyote c’est arrêter puis a pivoter sur son safran et maintenant il est  cul face a la vague .Pas de temps a perdre ,saute a l’eau avec couteau et lampe ,coupe le filet des deux coté et file vite fais avant que les pécheurs ne rappliquent . Danièle est contente son homme est presque un héros  de plus il est blessé il a pris la jupe sur la tête et il a… une égratignure .
La deuxième fois  c’est un peu comme la première mais  moins pire ,  la troisième fois  on a même pas râlé .
La nuit se passe bien , très peu ou pas de vent, la mer calme  et au petit matin après le petit déjeuné  l’ile est en vue . On la voit là-bas très loin  sur l’horizon et l’on décide de jouer au scrabble .Le vent pousse le Coyote sous pilot automatique   a un nœuds et demi  sous grand voile seule car le génois trop lourd  passe sont temps a faire des flops .La mer est belle et pas un bateau en vue.
A la fin de la partie un mot qui était un peu en litige avec Danièle me fait plonger dans le carré pour avoir sa signification dans le dictionnaire . Danièle elle se plonge dans un livre .
Moi en bas je trouve le maudit mot  qui me renvoi  a un autre mot et sans me rendre compte et aussi par  curiosité me voila plonger moi aussi dans la lecture .
Quand c’est arrivé ça été un bruit effroyable  et tout c’est mi a tremble , a vibré. Je suis sorti comme un diable de sa boite et là a dix mètre devant moi  une falaise haute de deux ou trois mètres dans laquelle le Coyote est rentré dedans .  D’ailleurs il doit se sentir dans sont bon droit, on était bâbord  amure,  car il remet sa et ça fait de nouveau un bruit d’enfer  .
Je coupe le pilote ,car a chaque vague le Coyote recule et repart a l’attaque de la falaise . Il a déjà défoncé le balcon ,la CQR , le davier d’étrave il serait temps de réagir
Je met le moteur en marche mais avant d’enclencher   la marche arrière je jette un coup d’œil au sondeur pour savoir ce qu’il y as dessous … Incroyable sous le bateau il y a quarante six mètres d’eau .Vite la marche arrière car Danièle a bien du mal a amortir les coups de bélier du Coyote . On fera quand même une éraflure de dix centimètres  sur le gel coat dans notre demi tour
On se réfugie dans une petit anse pour  évaluer les dégâts . Le balcon n’ai pas content , il tord du nez, la CQR  fait la gueule elle aussi elle ressemble presque a une ancre plate et le davier lui fait la tête… en choux fleur .Pour le reste  tout est parfait pas une visse de tordue  pas un boulon de perdu  ,pas la moindre fêlure sur l’étrave . Y a pu Ka  savoir ce qui c’est passé
La raison fus  vite trouvée . Tortugua est une ile plate et basse sur l’eau .Quand nous avons commencés a jouer  elle nous a semblé très loin ,la mer très calme ,pas un seul bateau a l’horizon , une vitesse d’escargot et  plus de veille,  grosse erreur . Peu être que l’on a pris un courant plus une petite brise  et on c’est retrouvés le nez  dans la caillasse .
On a bien rigoler (surtout les autres ) , on nous a bien aider a réparer tout ça , nous avons eu beaucoup de chance ,on a appris( surtout pour les atolls en Polynésie  )  ,on apprend encore .
 Raymond et Danièle sur Coyote
 
 
       

coyote

Messages : 82
Date d'inscription : 11/07/2013

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum